En poursuivant votre navigation sur ce site, vous devez accepter l’utilisation et l'écriture de Cookies sur votre appareil connecté. Ces Cookies (petits fichiers texte) permettent de suivre votre navigation, actualiser votre panier, vous reconnaitre lors de votre prochaine visite et sécuriser votre connexion. Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs: http://www.cnil.fr/vos-obligations/sites-web-cookies-et-autres-traceurs/que-dit-la-loi/

Les perles fines

Les perles fines sont les perles qui se forment naturellement dans un mollusque sans l’intervention de l’homme. Un grain de sable, un morceau de coquillage ou autre morceau d’algue va venir déranger l'huître à la limite de son manteau et afin de se défendre , l’huître va sécréter des couches perlières autour de cet intrus. C’est ainsi que la perle fine née. Il faut de nombreuses années afin d’obtenir une perle de taille respectable. Du fait de leur extrême rareté, elles sont très coûteuses, on retrouve la pierre fine sur de nombreux bijoux anciens.

Les perles de culture

Les perles de culture sont des perles suscitées par la main humaine.Le même processus va être utilisé avec l’intervention humaine qui vas introduire un corps étranger irritant l'huître (une perle de nacre ) afin de la même manière naturel , déclencher chez ce mollusque sa défense qui va sécréter une substance (dites “la couche perlière “) qui va entourer cette perle . Il s’agit d’un carbonate de calcium cristallisé qui bénéficie d’une très grande solidité. De son épaisseur et de sa régularité au niveau de la cristallisation, cela aura un impact sur la qualité esthétique de la perle obtenue.

Depuis longtemps, les Chinois savaient que le manteau des mollusques sécrétait la nacre de leur coquille. On trouve ainsi dès le XIIe siècle, des bouddhas de nacre résultant de l'enrobage pendant quelques années d'un modèle de plomb ou d'étain glissé entre la coquille et le manteau de mulettes d'eau douce.

 

La fin du XIX siècle marqua le début des recherches sur la culture des perles d’huîtres. Ses recherches commencèrent en Chine favorisées par le Japonais KoKichi Mikimoto et en 1907 que la première perle de culture a été récoltée avec succès.

Les perles d’Akoya sont réputées pour leur brillance et leur grande douceur. N’étant pas les plus grosses perles, elles sont de loin les plus féminines. Les perles d’Akoya sont les plus répandus.

Les perles du sud de mer sont parmi les plus grandes perles cultivées dans le monde. La taille moyenne d'une perle du sud de mer est 13 mm. Les perles des mers du sud les plus connues sont les perles d’Australie. Où trouvera une gamme de coloris allant du blanc avec reflets argentés, gris bleu aux reflets argentés, champagne et doré. Les perles blanc crèmes ou argentées représentent 90 % de la production.

La perle d’eau douce est le type de perle comprenant le plus de variété de tailles et de couleur. La couleur des perles d’eau douce varie d’un blanc écarlate, pêche au reflet d’or ou encore noir qui est une couleur obtenue artificiellement. Depuis 1990, la culture des perles d’eau douce a énormément progressé donnant une forme de plus en plus ronde et une brillance plus éclatante.

La perle de Tahiti est élevée principalement dans les lagons de Polynésie française. Cultivé dans des grosses huîtres perlières, cela ne produit que des perles au delà de 7.8 mm. Les perles de Tahiti varient en forme, diamètre mais surtout de couleurs naturelles allant du gris pâle au noir anthracite selon les différentes huîtres et environnement marin de chaque atoll (plancton, algues…)

La taille des perles de Tahiti peut varier entre 7.8 mm à 14 cm, la plus grosse perle de Tahiti récolter mesurait 21 cm.

Les perles d’Akoya sont réputées pour leur brillance et leur grande douceur. N’étant pas les plus grosses perles, elles sont de loin les plus féminines. Les perles d’Akoya sont les plus répandus, chaque fois que vous voyez un collier de perles de culture blanches, il s'agit sûrement d'un rang de perles d'Akoya.